Le chantier naval d’Alicante dont la base se trouve à Pego propose cette fois un modèle tendance actuelle dans la gamme des daysailers tout en maintenant ses qualités distinctives de bateaux rapides et remorquables. La consigne principale pour le Sarch dS8 – dS est l’acronyme de Design & Sport – est la diversion lors de la navigation à voile, de sorte qu’il opte pour un maniement simple mais efficace et des lignes de coque modernes qui s’ajustent à la méthode de construction du chantier naval.

Le niveau de personnalisation permet de choisir différents types de quilles, et ce premier modèle a été choisi pour voile composite à bulbe de plomb. Son système de double gouvernail dissimule la transmission sous le pont, mais les safran sont suspendus au miroir. Le bateau que nous avons testé a été monté avec mât en aluminium, mais il est possible de choisir l’option avec mât et bôme en fibre de carbone pour gagner encore plus d’efficacité pour ce type de gréement de traverses très reculées sans back-stay.

Les caractéristiques générales invitent à une navigation rapide, de préférence sans vague pour qu’il exprime son plein potentiel. Le pont est large et confortable pour naviguer et l’utiliser lors du mouillage dans une crique, tandis que les lits superposés à l’intérieur permettent de réaliser une sieste à l’abri du soleil.

 

image 1 Sarch dS8 est un dailysailer1. Le Sarch dS8 est un dailysailer conçu pour jouir pleinement des sensations de la voile.

>Diego Yriarte > Photos : Diego Yriarte-Timo Calvo

Le Sarch dS8 construit par le chantier naval d’Alicante Sarch Composites est un daysalier avec des caractéristiques de hautes performances de navigation, pouvant participer à des régates et défendre son rating en naviguant avec des bateaux plus grands comme fournir pleine satisfaction lors de courtes sorties pour le simple plaisir de naviguer.

 

 

SOLIDE ET LÉGER

 

Axel de la Hidalga est le concepteur de Sarch, mais il est également son constructeur en chef de sorte qu’il supervise lui-même le passage des lignes de conception à sa matérialisation.

La construction est réalisée dans un moule inverse à l’unité, en panneau marin 100% Okume Special Grade, fibre de carbone et résines époxy. Chaque renfort est attaché à la coque et entre eux avec du mastic époxy puis stratifié pour obtenir une rigidité structurelle élevée avec un poids limité.

Ce modèle de construction est conforme aux lignes de conception de la coque avec une arête marquée qui tire des bords au plus près et soutient toute la longueur.2. La proue inversée évite de pénétrer la vague et facilite un passage doux et le bout-dehors rétractable éloigne le barrot du spi déchargeant le gouvernail pour éviter de lofer.2.

Image 2 proue inversée

2. La proue inversée évite de pénétrer la vague et facilite un passage doux et le bout-dehors rétractable éloigne le barrot du spi déchargeant le gouvernail pour éviter de lofer.

 

 

 

Image 3 Le tableau électrique est simple et largement suffisant3. Le tableau électrique est simple et largement suffisant. Outre des interrupteurs, des prises 12V et 230V, après passage par le convertisseur, ont été installées.

 

 

Image 4 A la poupe ont été installées deux trappes

4. A la poupe ont été installées deux trappes de visite du système de gouvernails, lesquelles s’ouvriront sur le côté et non à la poupe sur les prochains modèles.

 

 

 

Image 5 L’intérieur est éclairé par des lumières LED5. L’intérieur est éclairé par des lumières LED et dispose de lumières pour lire. Un grand volume d’arrimage se trouve en dessous des couchettes de proue et des couchettes latérales.

 

 

 

 

PONT DÉGAGÉ AVEC POSTE DE PILOTAGE AMPLE

 

Le poste de pilotage est très ample et l’absence de barre d’écoute permet de gagner beaucoup d’espace lors du mouillage, l’écoute se libérant alors simplement de l’anneau au sol.

Dans le modèle que nous avons testé manquaient deux éléments qui pourraient être essentiels, mais l’armateur opta pour leur retrait ponctuel pour disposer d’encore plus d’espace. Ce qui nous a le plus manqué furent les repose-pieds, au niveau de la poupe du poste de pilotage, qu’utilise celui qui se trouve à la barre franche. Il manquait également les deux surbaux dans la continuité de la cabine, lesquels sont esthétiquement agréables mais qui ne furent pas nécessaires pour une navigation avec des rafales de vent de terre et une mer plane.

Le maniement est simple, centralisé sur la cabine et assisté par deux winches qui suffisent pour les principaux contrôles de réglage des voiles et manœuvres. Tant le génois que le spi asymétrique s’enroulent ; par conséquent, l’absence de difficulté fait qu’il n’est donc pas nécessaire de passer à la proue du mât excepté pour aller au coffre à ancres. Le bout-dehors est en fibre de carbone et se manœuvre facilement depuis l’intérieur, mais sans besoin d’entrer dans la cabine.

 

FOCUS SUR

 

POUPE OUVERTE
Les deux safrans suspendus permettent

CORNEMUSES ESCAMOTABLES
Parfaites pour ces petits voiliers, sont efficaces de maintenir la directivité en cas de g”te. Et ne gênent pas la navigation.

 

 

Sur ce bateau le mât est fixe car le plan de navigation de l’armateur ne comprend pas le transport routier, mais il est possible d’opter pour l’option de mât rabattable qui est considéré comme un gréement simple pour l’élévation des voiles.FOCUS SUR

 

INTÉRIEUR MINIMUM INDISPENSABLE

 

L’intérieur possède l’essentiel. Une couchette triangulaire à la proue et deux couchettes latérales permettent d’y dormir une nuit d’été. Il est possible d’y installer un wc chimique ou un petit réfrigérateur de type coffre et mobile, même si un réfrigérateur avec une porte d’accès depuis le poste de pilotage a été installé dans l’un des modèles.

L’emplacement à l’arrière de l’entrée n’est pas habitable mais permet l’arrimage de certains éléments. Le grand luxe n’est pas nécessaire sur un Daysailer, le concept est étant spartiate, mais un enjoliveur ne serait pas de trop pour dissimuler les vis de fixation des éléments de pont.

L’on peut voir la fixation de la quille sur le sol de la partie centrale mais il existe une version avec quille rabattable pour le modèle remorquable.

Image 6 Le poste de pilotage6. Le poste de pilotage est dégagé et les cadènes pour haubans bas ont été disposés à l’intérieur pour
faciliter le passage vers la proue.

 

 

 

NAVIGATION

 

La navigation a été très variée, avec vent de terre, rafales, d’entre 10 et 24 nœuds, mer plane et 4 personnes à bord. Nous avons pu déployer le gennaker A3 à quelques mètres de l’entrée du port de Jávea avec 10 nœuds de vent réel nous avons navigué entre 7 et 8,7 nœuds GPS. Les rafales augmentèrent à 17-18 nœuds de vent réel à mesure que nous nous éloignions de la côte atteignant dans ces conditions une vitesse moyenne entre 10 et 11 nœuds. Lors de la rafale la plus intense, 24 nœuds, nous avons atteint une vitesse de 12,3 nœuds. Le bateau s’est montré stable à tout moment, notamment concernant la sensation à la barre.

La proue inversée permet à la vague de passer facilement sans y entrer, réduisant ainsi la vitesse que légèrement. La zone d’essai était protégée des vagues et la navigation fut sèche. Il est possible qu’en naviguant avec des vagues plus grandes les surbaux soient nécessaires pour que l’eau n’atteigne pas le poste de pilotage.

Nous avons constamment navigué avec la grande voile complète et il ne fallut que rarement libérer l’écoute pour éviter de lofer, même si les traverses tant reculées empêchent quelque peu de relâcher plus d’écoute, de sorte que la voile continue de prendre le vent.

En naviguant de près avec un vent de 18 nœuds nous sommes parvenu à remonter à 30º avec une vitesse moyenne de 7 nœuds. Il est possible qu’un ris permette d’améliorer cela et évite de lofer, mais il est également nécessaire de mieux connaître le bateau et plutôt que libérer l’écoute, resserrer encore plus au vent. Un esprit navigateur relèvera certainement l’absence de barre d’écoute pour la grande voile pour pouvoir travailler davantage le gîte.

Dans ces conditions nous notons à regret l’absence de repose-pieds, principalement pour celui qui tient la barre qui, en outre, dispose de peu de place pour s’asseoir.
Le bateau s’est montré très réactif aux rafales et peu sensible à la répartition du poids considérant qu’il s’agit d’une construction très légère de seulement 8 mètres de long.

 

Image 9 Sarch DS8 CARACTÉRISTIQUES9. Cette photo met en évidence les arêtes et le fond plat ainsi que le rôle de la double barre de gouvernail qui maintient le safran dans un angle plus efficace lorsque le gîte augmente, tandis que celui au vent reste hors de l’eau.

 

 

CARACTÉRISTIQUES DU SARCH DS8

  • Longueur totale: 7,95 m
  • Largeur: 2,49 m
  • Tirant d’eau: 1,80 m
  • Déplacement: 1000 kg
  • Surface de voile au près: 30 m²
  • Spi asymétrique: 65 m²
  • Moteur: Yanmar 10 CV(possibilité d’installer un moteur électrique)
  • Catégorie: C
  • Conception: Axel de la Hidalga
  • Chantier naval: Sarch Composites, sarch.eu
  • PriX: A partir de 75135 euros hors taxes


Je veux plus d’informations

 

Pin It on Pinterest

× Contact us